www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
2 avril 2021

Retour vers le passé : résumé de cette nouvelle journée de cacophonie !

Mars 2020, avril 2021, mêmes causes, mêmes effets :

Un Sinistre et une institution incapables d’anticipation et qui mettent une nouvelle fois les directeurs-trices et les enseignant.es dans la difficulté, balloté.es entre manque d’informations et cacophonie à tous les échelons.

Dans un premier temps, ce matin, le flou total :

Nous voilà donc revenu quasiment 1 an jour pour jour au point de départ : après l’annonce de la fermeture des écoles, entre autres mesures, par Macron mercredi soir, nous voilà vendredi, dernier jour avant cette fermeture sans aucune information fiable : Concernant les professions prioritaires (dont vous trouverez la liste en pièce jointe) pour l’accueil sur site, un seul parent prioritaire ou les 2 pour faire valoir ce droit ? Quel.les enseignant.es pour assurer cet accueil ? Sur quelle base : volontariat, roulement ? Comment concilier présence sur site et "continuité pédagogique" ? Quel organisation de cet accueil : sur chaque école ou par pôle ? Qu’en est-il du brassage des élèves entre écoles, entre classes d’une même école ? Et tant d’autres questions pour lesquelles nous n’avons pas le début d’un petit élément de réponse fiable à quelques heures de la fermeture de nos écoles !

Devant cette nouvelle absence de capitaine dans le navire Éducation Nationale, chacun y va de sa "petite contribution" pour tenter de ne pas laisser l’impression que rien, une nouvelle fois, n’a été préparé.

Voici donc un petit aperçu de la cacophonie tarnaise à l’heure où nous écrivons : l’IEN de Lavaur demande aux directeurs-trices de faire passer une fiche contact aux parents pour qu’ils demandent à ce que leur enfant soit accueilli sur site, alors qu’au moment de sa demande, les conditions pour y prétendre ne sont pas définies, risquant donc de créer un "appel d’air" et laissant par la suite les directeurs-trices et les équipes devoir gérer les mécontentements des familles ; l’IEN de Gaillac insiste à plusieurs reprises sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un confinement, qu’il n’y a pas de notion de volontariat et qu’il ne faut pas dépasser environ 30% des effectifs enseignants en présence sur site la semaine prochaine ; l’IEN de Mazamet parle de 20% de l’effectif enseignant en présence sur site ; l’IEN de Carmaux demande à l’ensemble des enseignant.es d’organiser un roulement pour assurer cet accueil ; certain.es IEN demandent aux directeurs-trices d’être présent.es sur site toute la semaine prochaine alors que d’autres leur demandent d’être présent.es mardi et de participer pour les autres jours au roulement avec l’ensemble de l’équipe ; l’IEN de Lavaur annonce hier que l’accueil est organisé sur chaque école pour ses propres élèves et il semble qu’aujourd’hui une organisation par pôles soit envisagée...

Nous essayons de joindre la DSDEN depuis ce matin, mais impossible de les avoir, ils doivent être en train d’essayer d’éteindre le feu et la colère qui monte d’en bas... et de tenter d’organiser les choses à leur niveau.

Tout ceci est tout simplement insupportable ! Aucune leçon n’a visiblement été tirée des manquements des derniers mois ! Il n’est plus possible de faire reposer le fonctionnement de l’Éducation Nationale sur les seules épaules des derniers de corvées que sont les directeurs.trices et les personnels enseignant et d’accompagnement, sauf à supprimer tous les échelons hiérarchiques jusqu’au ministre et à donner aux équipes enseignantes les moyens de s’auto-organiser.

Le ministre est donc, soit incompétent, soit un grand artisan du démantèlement de l’École Publique, soit les 2 ! Il est grand temps qu’il démissionne !

Dans un deuxième temps, voici les réponses de la DSDEN :

Nous avons finalement pu avoir la Secrétaire Générale de la DSDEN, qui a pu apporter quelques éléments de réponse. Elle s’est voulue rassurante, positive et a défendu des décisions de "bon sens" :

- Tout d’abord, elle a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas, à la différence du confinement de mars 2020, d’une fermeture des écoles. Elles restent bien ouvertes jusqu’au 9 avril et on enchaîne en suivant sur les vacances scolaires pour 2 semaines. Le principe qui aurait guidé les décisions départementales est la liberté laissée aux équipes pour s’organiser au plus près de la réalité et ainsi ne pas mettre trop de pression pour seulement 3 jours. Force est de constater que l’absence d’informations n’aide pas à se libérer de la pression...

- La fiche contact a été élaborée par la Secrétaire Générale elle-même et par l’IEN-A afin de permettre aux écoles de recenser les familles pouvant prétendre à l’accueil sur site, d’en estimer le nombre et ainsi d’évaluer les besoins en terme de présence d’enseignant.es dans les écoles. Il s’agit donc d’un outil départemental qui a vocation à être repris dans toutes les circonscriptions. La DASEN était d’ailleurs en réunion avec les IEN en fin de matinée pour tenter d’harmoniser les organisations. Par ailleurs, cela confirme que le ministère n’a pas du tout préparé ce type d’outils.

- Concernant les critères d’acceptation des demandes, cela se fera en fonction de l’ampleur des retours de ces fiches contact. Les demandes seront satisfaites dans le cas où les 2 parents sont personnels prioritaires s’il y a beaucoup de demandes et dans le cas où un seul des 2 parents est personnel prioritaire s’il y a peu de demandes.

- Le principe de base est que chaque école accueille ses élèves, mais s’il y a vraiment trop peu de demandes, des élèves de différentes écoles pourraient alors être regroupés sur une seule école (un pôle).

- Concernant la présence des enseignant.es sur les écoles la semaine prochaine, il est demandé aux directeurs-trices d’être présent.es mardi matin avec "quelques enseignant.es" et d’organiser le roulement pour la journée et le reste de la semaine en fonction du nombre réel d’enfants présents à l’école.

- Les IEN auraient confirmé qu’il ne peut y avoir de cumul présentiel-distanciel et que le distanciel pour les classes dont les enseignant.es seront en présentiel serait assuré par un.e autre enseignant.e en distanciel. Sur le papier ça pourrait marcher mais dans la réalité, le cumul va bien exister car qui de mieux que l’enseignant.e de la classe pour organiser le distanciel... ? Les IEN conseilleraient également aux équipes de ne pas trop charger le travail en distanciel, étant donné qu’il s’agit d’une semaine raccourcie et que beaucoup de parents vont devoir assurer télétravail et école à la maison.

Même si ces éléments de réponse peuvent en partie aider les équipes à s’organiser et se projeter sur la semaine prochaine, cela reste insuffisant, encore une fois géré dans l’urgence, et les collègues vont se retrouver tout de même bien seul.es sur le terrain mardi. Nous ne pouvons que constater l’absence totale de direction donnée par le ministère, l’absence totale de préparation et d’anticipation, et dénoncer une nouvelle fois malheureusement sa totale incurie !

 

23 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.