SNUipp-FSU Tarn 81
http://81.snuipp.fr/spip.php?article1794
Audience auprès de la rectrice le 4 juin 2015
vendredi, 12 juin 2015
/ Thomas

1/ Liste complémentaire et inéats-exéats

Questionnement autour du recrutement en liste complémentaire de 3x20 collègues pour les départements initialement prévus sans PES : Ariège, Lot, Hautes-Pyrénées.

Rectrice : le niveau national fixé de recrutement au concours s’avère insuffisant par rapport aux besoins. Cela pose un problème de ressource. Le MEN a donc négocié l’ouverture d’une liste complémentaire importante. Pour l’académie, la possibilité de recours à la liste complémentaire a été fixée à 100 maximums (que la rectrice n’envisage pas d’utiliser dans sa totalité). Ce seront donc des stagiaires recrutés sur le même concours, ils auront donc les mêmes « droits » (en termes de formation, par ex…). Il y a de forts besoins dans le 31 mais il y a parallèlement des impossibilités d’accueil des stagiaires sur le site de l’ESPE du 31. L’ESPE pense pouvoir accueillir et former 160 stagiaires, le rectorat aurait souhaité 200. Ce niveau sera atteint en 2017, l’ESPE devra donc d’ici là se mettre en capacité de former 200 PES.

En conséquence, les PES –LC ont été positionné dans les départements où il n’y avait pas de stagiaire et où il y a de la possibilité de formation (Ariège, Lot, Hautes-Pyrénées…). Par conséquent, un nombre équivalent de T1 pourra rejoindre le 31, pour compenser l’arrivée des PES. Les inéats/exéats intra-académiques seront donc liés aux LC, après le concours (30 juin).

Au niveau inter-académique, la rectrice est favorable aux inéats compensés. Il pourrait y avoir un recours aux inéats non compensés… en toute fin de parcours.

Le SNUipp-FSU a demandé la tenue d’une CAP pour examiner les demandes d’inéats : exigence de transparence et d’information due aux collègues. La rectrice a validé cette demande.

Pour que les collègues recrutés aient la quasi-totalité de la formation, la liste complémentaire sera fermée au plus tard mi-septembre.

Contractuels : sur l’académie, il y a eu entre 15 et 20 « recrutés ». Les propositions de contrat ont été trop tardives (avril), la période de recrutement trop courte (2 mois) et le niveau d’exigence, selon toute vraisemblance, trop élevé. A notre rappel d’opposition au recours aux vacataires, la rectrice a expliqué que c’était un moyen peu utilisé pour stabiliser temporairement une situation d’emploi très délitée…

2/ Droits des personnels

3/ Frais de déplacement

4/ Simplification des taches des directrices/teurs

Face à une avancée des travaux très hétérogènes dans les départements, le SNUipp-FSU a demandé : - Que la phase de consultation départementale (2 groupes de travail) ait lieu, pour permettre l’expression complète des collègues,

Le mot du SNUipp-FSU 81 :

On peut se réjouir de certaines avancées notables comme celle des frais de déplacement ou encore comme la tenue d’une CAP pour l’examen des inéats.

Toutefois, quel que soit l’échelon auquel on s’adresse, la réponse est la même : la situation d’emploi ne nous permet pas d’étudier avec bienveillance les demandes de temps partiels, ou de disponibilité, ou de congé formation… Quel que soit l’interlocuteur auquel on s’adresse, la solution est toujours toute trouvée et le dindon de la farce est toujours le même désigné.

La rectrice a pointé l’augmentation significative des CLM et des CLD. Elle parle d’un "corps" enseignant qui n’évolue pas favorablement et envisage d’analyser cette tendance.

Le SNUipp-FSU a des éléments de réponse à donner : les collègues sont fatigués. Ils en ont assez qu’on leur oppose sans cesse leur devoir, leur obligation de faire fonctionner le service public et qu’on nie leurs droits les plus élémentaires.

Lors de l’audience, Mme la rectrice nous a fait part de son émouvante visite au centre pénitentiaire de Seysses. A notre tour, nous pouvons lui répondre que pour beaucoup d’enseignants aujourd’hui, leur boulot, c’est un peu la taule.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.