SNUipp-FSU Tarn 81
http://81.snuipp.fr/spip.php?article1509
RESF : Albi, une famille menacée de se retrouver à la rue
jeudi, 23 janvier 2014
/ Thomas

La famille Khudoyan, d’origine arménienne, vit à Albi depuis 3 ans, ses 3 enfants étant scolarisée à l’Ecole E. Herriot. Le père est un sportif de haut niveau, quadruple champion d’Arménie de judo, vice-champion de France et travaille régulièrement bénévolement depuis leur arrivée en France, comme son statut de demandeur d’asile le lui permet.

Ayant été ces derniers jours déboutés de leur demande d’asile, le CASAR, qui les hébergeait dans un appartement d’Albi, a souhaité récupérer le logement ce lundi. Une solution aurait alors dû être proposée à la famille Khudoyan. Or les centres d’hébergement d’urgence (le 115) sur Albi sont actuellement sous tension et la seule solution proposée a été 2 nuits d’hôtel, sans perspective pour la suite et sans aucune localisation de l’hôtel.

Pour RESF, cette situation est parfaitement inadmissible. Le réseau s’est mobilisé depuis lundi pour permettre à cette famille de rester dans son logement le temps qu’un solution acceptable soit proposée.

L’appartement est occupé en permanence par des militant-es du réseau qui acccompagnent la famille dans ses démarches : ce matin une délégation a été reçue à la préfecture pour déposer une demande de régularisation pour compétences exceptionnelles au regard du profil sportif du père, qui a désormais une promesse d’embauche au Budokan d’Albi.

Nous vous tiendrons informés des suites.

En attendant, chacun peut montrer sa solidarité envers cette famille en s’adressant à la préfecture. Voici une lettre modèle qu’ il suffit de signer, de copier-coller et d’ envoyer par mail à la préfecture du TARN : pref-sec-prefet@tarn.gouv.fr

Madame la Préfète,
J’ ai été alerté(e) par le Réseau Education Sans Frontière de la situation de la famille KHUDOYAN. Cette famille, un jeune couple avec trois enfants(9, 7 et 5 ans), déboutée du droit d’ asile, devrait quitter le logement que le Casar lui avait attribué et se retrouver de ce fait à la rue.
Je suis solidaire de l’action engagée par le Réseau Education Sans Frontières qui, par l’occupation du logement, entravera toute expulsion de la famille pendant cette période de trêve hivernale et tant qu’une solution de relogement pérenne ne leur sera pas proposée .
Nous vous demandons, puisque vous seule en avez le pouvoir, dans le respect de la trêve hivernale et dans le respect de la Convention Internationale des Droits de l’ Enfant, de trouver le plus rapidement possible une solution humaine à cette situation.
NOM/ PRENOM
DATE

Pour aller plus loin :

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.