www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actions-luttes 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • declaration intention du 10 janv 2022 au 7 juillet 2022
    opendocument text - 13.5 ko
    Télécharger

  • declaration intention du 10 janv 2022 au 7 juillet 2022
    PDF - 50.1 ko
    Télécharger

  • lettre aux parents greve 13 janvier
    opendocument text - 28.2 ko
    Télécharger

  • lettre aux parents greve 13 janvier
    PDF - 58.3 ko
    Télécharger

  • lettre aux parents greve 13 janvier 2
    opendocument text - 21.1 ko
    Télécharger

  • lettre aux parents greve 13 janvier 2
    PDF - 54 ko
    Télécharger

  • tract greve 13 janvier
    PDF - 148.5 ko
    Télécharger
7 janvier 2022

Journée de grève et de mobilisations du jeudi 13 janvier : modalités et lettre aux parents

Face à la situation critique dans les écoles engendrées par la 5e vague de COVID et par le protocole inapplicable de Blanquer, le SNUipp-FSU appelle les personnels des écoles à se mettre massivement en grève jeudi 13 janvier afin de réclamer un protocole clair et réellement protecteur !

Depuis le début de la pandémie, le ministre Blanquer brille par son improvisation et son mépris. Chaque protocole a été annoncé dans la presse (souvent réservé aux abonné.es du JDD ou du Parisien selon ses humeurs) au dernier moment.

Le dernier protocole en date (et déjà amendé 4 jours après), que l’on constate inapplicable sur le terrain, dévoilé dans la presse dimanche après-midi pour le lendemain est encore une preuve de son profond mépris.

Partout sur le territoire, l’École est au bord de l’implosion. Les directeurs et directrices, pour une grande partie d’entre elles et eux ont passé leur semaine à gérer comme elles et ils le pouvaient les élèves cas contact en s’appuyant sur un protocole qu’ils et elles découvraient lundi. Les familles sont paniqué.es, les pharmacies débordées et en rupture de stock de tests, les collègues fatigué.es alors que la période ne fait que commencer.

Ce protocole n’évite aucunement les contaminations puisque les élèves reviennent dès qu’un premier test négatif a lieu, niant la période d’incubation du virus.

De nombreux collègues se retrouvent avec une partie de leur classe présente à l’école et l’autre à la maison, ne pouvant pas assurer en même temps et le présentiel et le distanciel.

Malgré le fait que le SNUipp-FSU réclame des moyens supplémentaires, notamment en postes, depuis des années et a fortiori depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement reste sourd et les collègues remplaçant.es sont en nombre largement insuffisant. L’Éducation Nationale fait même appel à des enseignant.es retraité.es pour assurer des remplacements. A quel niveau en est-on arrivé pour que l’Éducation Nationale mette nos retraité.es (et donc potentiellement plus vulnérables) dans ces bouillons de cultures que sont les classes ?

Cela ne peut pas durer ! L’École, ses personnels et les familles ne tiendront pas à ce rythme pendant les semaines qui arrivent.

Seul un protocole clair et protecteur permettra de garder les écoles ouvertes avec la sérénité nécessaire pour y travailler et y apprendre. C’est pourquoi le SNUipp-FSU appelle toutes et tous les collègues des écoles à se mettre

EN GRÈVE

JEUDI 13 JANVIER

et appelle les parents d’élèves à s’associer à ce mouvement.

Le protocole doit impérativement être modifié et clarifié.

Il est nécessaire de :

  • revenir à une fermeture de classe pendant 7 jours lorsqu’un cas est détecté pour permettre de faire travailler les enfants à distance et éviter les contaminations ;
  • recruter des personnels remplaçants en nombre suffisant en recrutant sur la liste complémentaire du CRPE ;
  • avoir une réelle politique préventive de tests hebdomadaires ;
  • fournir des masques réellement protecteurs (chirurgicaux et FFP2 pour celleux qui le souhaitent)
  • équiper toutes les salles en capteurs de CO2 et celles qui ne peuvent être aérées, en purificateurs d’air.

Une intersyndicale nationale aura lieu ce vendredi soir pour élargir cet appel à la grève aux autres organisations syndicales.

Saisissez l’enquête du SNUipp-FSU pour nous permettre d’anticper la proportion de grévistes dans le département.

Consignes pour la grève :

Qui fait grève ?

L’ensemble des enseignant-es et AESH, titulaires, non-titulaires, en formation, en stage, et les directeurs-trices d’école qui ne sont ni chef d’établissement, ni fonctionnaire d’autorité.

Les grévistes informent les familles dès que possible, par écrit qu’il n’y aura pas de classe. La lettre d’information aux parents peut être confiée aux élèves en prenant les précautions d’usage : pli cacheté ou agrafé (ne pas coller dans le cahier de correspondance), ou remis à la sortie des locaux scolaires.

Lettre aux parents :
opendocument text - 28.2 ko
lettre aux parents greve 13 janvier
PDF - 58.3 ko
lettre aux parents greve 13 janvier
opendocument text - 21.1 ko
lettre aux parents greve 13 janvier 2
PDF - 54 ko
lettre aux parents greve 13 janvier 2

Les grévistes informent également le-la directeur-trice et tous, toutes celles et ceux qui sont concerné-es par l’organisation d’une activité à laquelle eux ou leurs élèves participent (transport, piscine...). Ne répondez à aucune enquête ou sondage (Administration, Gendarmerie ou Police), ni oralement, ni par écrit, ni par téléphone : indiquez qu’il s’agit d’une consigne syndicale.

Pour les retenues de salaire, il appartient à l’Administration de faire la preuve de la participation ou non à la grève. Les directrices et directeurs notamment ne devraient avoir à accomplir aucune tâche particulière à ce sujet.

Le SMA :

L’administration demande de remplir une déclaration d’intention de grève 48 heures à l’avance et l’envoyer au service du DRH à l’adresse suivante :

ia81-sma@ac-toulouse.fr

Le SNUipp-FSU 81 appelle les enseignant-es des écoles à abandonner cette fastidieuse procédure de déclaration préalable lors de la journée de grève du 5 ocotbre. Dès la parution de la loi du 20 août 2008 instituant « un droit d’accueil dans les écoles maternelles et primaires », le SNUipp-FSU s’était opposé à ce texte qui constitue une entrave au droit de grève des enseignant-es du premier degré.

Dans le cas où des enseignant.es souhaiteraient envoyer malgré tout une déclaration d’intention de grève, le SNUipp-FSU vous propose une déclaration d’intention de grève qui court sur toute l’année scolaire pour éviter d’avoir à la remplir à nouveau lors d’une prochaine grève.

opendocument text - 13.5 ko
declaration intention du 10 janv 2022 au 7 juillet 2022
PDF - 50.1 ko
declaration intention du 10 janv 2022 au 7 juillet 2022

Quelle sanction possible en cas de non déclaration préalable ?

L’absence de déclaration préalable ne peut pas entraîner une perte d’AGS La circulaire 2008-111 du 26 août 2008 précisant les conditions de mise en œuvre de la loi n° 2008-790 du 20 août 2008 indique que « la personne qui participerait à un mouvement de grève sans s’être préalablement déclarée gréviste encourrait une sanction disciplinaire ». Les velléités de retrait d’AGS opéré par certains DASEN à l’encontre des enseignant-es participant à un mouvement de grève sans s’être préalablement déclaré-es n’est pas réglementaire, car un retrait de ce type n’est pas une sanction disciplinaire. Cela est un abus, contestable par ailleurs. La sanction disciplinaire à laquelle fait allusion le texte est une sanction a priori, du « premier groupe », c’est-à-dire un « avertissement » ou un « blâme ». Seule cette dernière sanction est inscrite au dossier personnel de l’enseignant. Elle est effacée automatiquement au bout de trois ans si aucune autre sanction n’intervient sur cette période. La déclaration préalable ne sert qu’à l’organisation du SMA et non au recensement des grévistes La loi est très claire, « les informations issues des déclarations individuelles ne peuvent être utilisées que pour l’organisation, durant la grève, du service ». En aucun cas, elles ne peuvent servir à établir la liste des enseignants grévistes notamment pour le retrait d’1/30e de salaire. Ces déclarations sont « couvertes par le secret professionnel » et « leur utilisation à d’autres fins ou leur communication à toute autre personne que celles qui doivent en connaître » est passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. La loi sur le SMA n’a donc rien changé sur ce point : si l’administration veut effectuer des retraits de salaires, c’est à elle de recenser les non-grévistes pendant ou après la grève et pas au directeur-trice. Les enseignants grévistes n’ont pas à se déclarer grévistes, ni à signer les états transmis par l’administration…

Si il y a des non-grévistes sur l’école, l’accueil et la surveillance des élèves leur incombent.

La mairie doit mettre en place un service minimum d’accueil dès 25% de grévistes dans l’école.

Aucune communication sur l’état des grévistes ne sera faite en direction de l’administration ou des services de police et de gendarmerie.

En cas de questionnement, de pression de l’administration ou de parents d’élèves, contactez nous au 05 63 38 44 34.

 

35 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.