www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Ecole  / Maternelle 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
9 mars 2008

Une école maternelle primarisée ?

A la maternelle, comme le souligne Lucile Barberis, présidente de l’AGEEM (Association générale des enseignants de l’école maternelle), « les nouveaux programmes révèlent un changement complet de perspective de la maternelle, occultant son rôle d’accueil de l’enfant et sa maturation psychologique et affective pour se centrer de manière quasi-exclusive sur l’élève ».

Il n’est plus fait référence à la scolarisation de 2 à 3 ans même pour les enfants des quartiers prioritaires.
Très clairement, la finalité annoncée est la préparation au CP : acquisition quantifiée de mots, par semaine (10 en petite section, 20 en moyenne section), place importante faite aux lettres que les enfants devront « reconnaître, nommer et tracer », introduction de la première étape des méthodes syllabiques en grande section avec la maîtrise de 22 correspondances entre lettres et sons (soit plus qu’au premier trimestre de l’actuel CP).

Pour Mireille Brigaudiot, linguiste et ancienne maître de conférence à l’IUFM de Versailles, la philosophie du texte « ne connaît pas les cheminements cognitifs des jeunes enfants ». Il y a un danger « d’entraîner les enfants – notamment de milieu populaire à considérer ces signes que nous appelons « lettres » comme des objets quelconques du monde, ayant un nom. Pour les enfants qui n’ont pas la chance d’avoir des « bruiteurs » de lettres à la maison, ces signes vont devenir « morts ». Car ils ne pourront plus avoir la valeur abstraite du sonore. Seuls les spécialistes des échecs lourds d’apprentissage de l’écrit le soulignent ».
Pour elle, il aurait été préférable « de trouver des pistes d’action (et / ou de réflexion) pour que les maîtres puissent aider certains enfants plus que d’autres. On aurait pu, par exemple, les encourager à réfléchir aux apprentissages réels mis en œuvre lors des regroupements, à réfléchir aux contenus des activités offertes en petits groupes (les « ateliers » faisant encore rarement place à des activités intellectuelles telles les discussions de compréhension d’histoire, le rappel de récit, le commentaire d’un essai d’écriture…), à réfléchir aux façons de réagir devant une activité « non-réussie ».

 

43 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.