www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : ActualitĂ©s 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  ŕ la rubrique {}
8 octobre 2019

Lettre ouverte : un prĂ©sident « dĂ©connant » et inquiĂ©tant

Le PrĂ©sident Macron a initiĂ© Ă  Rodez le 3 octobre sa tournĂ©e d’explication, concernant la contre-rĂ©forme annoncĂ©e des retraites, reprenant le modèle de ses sorties lors du « grand dĂ©bat » du printemps 2019, suscitant alors les applaudissements d’une clique mĂ©diatique aux ordres, Ă©tourdie devant tant d’aisance, de courage, de maĂ®trise. Devant un parterre choisi et en rĂ©ponse Ă  des questions calibrĂ©e, sans jamais aucune controverse, le prĂ©sident peut tranquillement dĂ©rouler les points de son argumentaire, saouler de paroles un auditoire qui s’ennuie assez vite et affirmer tout et n’importe quoi sans qu’aucun journaliste ou expert n’y trouve Ă  redire.

Soit. Mais attardons-nous sur ce qui a été dit concernant les enseignants et leur retraite par le Président ce soir-là à Rodez.

D’abord, le président balaie d’un revers de main une de ses précédentes annonces concernant la revalorisation des salaires des enseignants.

Avec Ă©lĂ©gance : «  Si je revalorisais, comme je veux le faire, l’ensemble des enseignants… quand on parle de l’Éducation nationale dans notre pays, on parle d’un million de fonctionnaires. C’est le premier employeur du pays. Si je voulais revaloriser comme ça, c’est dix milliards ! Je vais pas mettre dix milliards demain ! C’est vos impĂ´ts, hein ! Ou c’est le dĂ©ficit, c’est la dette pour nos enfants. »

Passons sur les cadeaux fiscaux aux plus riches et aux grosses entreprises qui se chiffrent par dizaines de milliards (on a les prioritĂ©s que l’on peut) et faisons un simple calcul : une augmentation de 250 euros des salaires des enseignants (qui ont perdu plus de 20 %de pouvoir d’achat depuis 2000…) couterait Ă  l’Etat moins de 400 millions d’euros par an ! On est loin des 10 milliards, mais peu importe la rĂ©alitĂ© pour les bateleurs, l’essentiel est de sidĂ©rer les spectateurs.

Mais ce n’est là que peccadille par rapport à ce qui suit.

Le PrĂ©sident, censĂ© Ă©voquer les retraites des enseignants, part dans un dĂ©lire total. Pour lui, les enseignants partent Ă  la retraite quasiment au minimum vieillesse : « On est entre 1.000 et 1.200, en moyenne, je pense que je ne suis pas loin de la rĂ©alitĂ©. »â€¦ Murmures dans la salle, JP Delevoye fait passer en urgence une note avec les chiffres du Ministère (2600 euros en moyenne ; en rĂ©alitĂ©, aujourd’hui la retraite moyenne des enseignants, selon Le bilan social, une publication du ministère, s’établit Ă  2380 € par mois).

Mais un bon bateleur ne se dĂ©monte pas : il cherche une issue et la trouve miraculeusement : « A mon avis, 2.600, il faudra me dire comment on les retrouve. Mais moi je pense que, Ă  mes 1.200, je ne suis pas dans le faux. (Une personne dans le public donne des explications inaudibles, le prĂ©sident l’écoute) Ah ! 1.140 euros. Vous Ă©tiez enseignante ? Donc je ne suis pas dans le faux. Madame Ă©tait enseignante, elle est Ă  1.140. Bon ! Ça me rassure. Donc, quand je vous disais 1.200 euros, j’étais pas dans le dĂ©lire. »

Qui dit mieux ? Lui, qui poursuit : «  Et quand je regarde le salaire de fin de carrière des professeurs, il y a beaucoup de variation, mais que je vous dis que je suis autour de 1.100, 1.200 euros, je pense que je suis pas complètement dĂ©connant. »

Et bien si, Monsieur le PrĂ©sident, vous ĂŞtes complètement dĂ©connant, vous n’avez aucune idĂ©e de ce que peut reprĂ©senter une retraite ou un salaire de mille euros, vous n’avez aucune idĂ©e des salaires certes insuffisants mais bien rĂ©els des enseignants comme de leur pension. Pire, vous continuez : « vous me disiez « 1.200 euros, j’y crois pas du tout », ça montre bien que notre système actuel il n’est mĂŞme pas lisible pour les actifs qui sont fonctionnaires et qui devraient pouvoir, dans une carrière oĂą vous n’êtes pas licenciable et donc vous, vous devriez pouvoir calculer votre retraite, ça veut dire qu’un enseignant aujourd’hui de la fonction publique d’État, il sait pas calculer sa retraite, et il a peur. »

Monsieur le PrĂ©sident ! Aujourd’hui, un enseignant peut parfaitement savoir Ă  quel niveau de pension il pourra partir Ă  la retraite, tout le contraire justement du système que vous prĂ©tendez mettre en place.

A partir de ses prĂ©misses fausses, vous passerez ensuite au gros de votre volontĂ©, en sus de casser les retraites : changer le travail des enseignants et sous couvert de quelques formules Ă  la mode concernant les RH et la gestion de la carrière (sans un mot pour notre collègue Christine Renon tuĂ©e au travail), vous pouvez conclure : il faut repenser la carrière, questionner le temps de travail, les vacances… Et voilĂ , la boucle est bouclĂ©e : rĂ©duire les pensions, augmenter le temps de travail, tout un programme !

Que vous défendiez, Monsieur le Président un projet rétrograde qui vise à casser les retraites par répartition et les statuts des enseignants fondés au lendemain de la seconde guerre mondiale sur les bases d’un programme du CNR mettant en tête des ses préoccupations la solidarité et l’œuvre collective, c’est votre droit (comme c’est le nôtre de vous combattre).

Mais que vous puissiez raconter n’importe quoi, « dĂ©conner », comme vous dites, aussi ouvertement devant des citoyens pose un grave problème dĂ©mocratique.

Et en tant qu’enseignants, nous sommes inquiets de l’exemple que vous donnez à la jeunesse.

B. Foucambert et M. Moles, co-sĂ©crĂ©taires dĂ©partementaux de la FSU 81

 

19 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tĂ©l : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.