www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Commissions / Instances 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
17 septembre 2018

Compte rendu CAPD 14 septembre

Mouvement ajustement ; Hors-classe ; Évaluations ; Animations péda

Le SNUipp-FSU a lu une déclaration préalable portant sur les politiques générales menées par le gouvernement et en particulier dans notre secteur sur la question des évaluations nationales, ainsi que sur les déclinaisons départementales : carte scolaire de rentrée et dialogue social, animation pédagogique et explosion des 108 heures, gestion des AESH.

PDF - 129.3 ko
motion CAPD 14 septembre 2018

Évaluations CP et CE1

Concernant les évaluations nationales, qui cristallisent désormais les critiques de l’immense majorité du champ syndical, le SNUipp-FSU a pris ses responsabilités en étant la seule organisation représentée en CAPD à porter avant le début de la période de passation une consigne claire :

- ne pas faire passer les évaluations CP et CE1 imposées ou sélectionner certains ITEMS en s’appropriant les modalités de passation ;

  • ne pas saisir les réponses mais faire remonter les besoins de terrain (effectifs, formation, RASED).

Quelles que soient les décisions prises par les équipes enseignantes, le SNUipp-FSU 81 sera présent à leurs côtés afin de défendre leurs choix pédagogiques.

Le SNUipp-FSU a également précisé que ce dispositif ne s’appuyait sur aucun texte réglementaire (ni décret, ni arrêté, ni circulaire, ni note de service émanant du ministère) et que par conséquent, aucune injonction ne pouvait se légitimer et toute pression pour contraindre les enseignant.es à les faire passer serait donc pour nous inconcevable.

Le DASEN, sans surprise, donne une réponse de DASEN : tout fonctionnaire a un devoir d’obéissance à sa hiérarchie (nous lui avons rappelé que l’histoire avait également montré qu’il a aussi un devoir de désobéissance) ; il s’agit d’une commande du ministère qui ne fait effectivement pas l’objet de publication d’un texte réglementaire, comme c’est le cas pour d’autres commandes (nous lui avons demandé de nous donner un exemple de ce type de commandes sans texte réglementaire, demande restée sans réponse).

Animations pédagogiques

Pour rappel, dans son courrier aux enseignant.es en date du 4 septembre sur le plan départemental de formation, le DASEN concluait en demandant aux collègues de cycle 2 et 3 de transformer « tout ou partie des 6 heures de la 2ème journée de pré-rentrée » en animations pédagogiques français et math.

Le SNUipp-FSU a questionné sur le caractère injonctif ou non de cette demande qui entre en résonance avec notre constat de l’insuffisance de la formation continue.

Le DASEN répond qu’il ne s’agit pas d’une injonction mais d’une possibilité donné aux enseignant-es.

En précision, nous avons également indiqué qu’il ne s’agit de 6 heures que pour les écoles au rythme de 4 jours par semaine et non pour celles étant restées à 4,5 jours (journée en moyenne de 5h15min)

Au-delà de l’interprétation du courrier, nous estimons que l’immense majorité des enseignant.es préparent leur rentrée bien au-delà de la seule journée de pré-rentrée obligatoire et souvent jusqu’à une semaine avant. C’est pourquoi nous regrettons que l’on nous impose encore une 2ème journée de pré-rentrée après la rentrée… 2ème journée qui n’existe plus depuis longtemps.

Pour rappel, dans l’arrêté du 17 juillet 2017 publié au J.O. du 20 juillet 2017 , il est indiqué que « pour les enseignants, deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques.  »

Et c’est bien dans le « pourront » que réside le problème. Notre administration départementale, en dégageant ces 2 demi-journées, souhaite donc donner des gages à sa hiérarchie en « mettant les enseignant.es au travail », estimant de fait qu’ils n’en font pas encore assez. Le SNUipp-FSU a pourtant démontré, qu’en moyenne, les collègues dépassent les 108 heures dès le mois de mars...

Mouvement

Les collègues restant encore sans postes ont été nommés :

  • sur les 5 postes d’ouverture de rentrée décidés la veille, dont 1 qui a permis au collègue qui avait subi la fermeture de retrouver son poste ;
  • sur 7 postes de titulaires remplaçants, dont 2 reposent sur des supports budgétaires existants (postes G non pourvus), et 5 sur des supports budgétaires provisoires.

Un poste G à Mazamet a pu être pourvu suite à l’annulation du départ en retraite d’une collègue.

Le SNUipp-FSU est une nouvelle fois intervenu sur la question des postes de titulaires remplaçant et de la disparition des ZIL. Certains collègues dont le poste a été transformé de ZIL en BD viennent de recevoir leur arrêté de nomination sur leur nouveau poste, modifiant de fait leurs missions.Or, à aucun moment, ils n’ont fait acte de changement d’affectation et cela pose problème. Nous avions demandé l’an dernier que leurs postes soient fermés et ré ouverts, leur permettant ainsi de demander ou non le nouveau poste au mouvement. Cette demande n’a pas été retenue et les collègues se demandent désormais s’ils ne sont pas en droit d’engager une procédure de recours.

L’administration répond qu’il ne s’agit pas d’un réel changement de poste puisque déjà sur les anciens postes l’intitulé était « titulaire remplaçant » (seul disparaît la mention ZIL) ; que tous les collègues ZIL ont reçu un courrier en cours d’année dernière pour les prévenir du changement ; qu’il y aura une gestion de la part des services (circonscription et DSDEN) pour être au plus près des demandes ; qu’un guide pour les circonscriptions est en cours de préparation.

Le SNUipp-FSU 81 n’est pas dupe et sera vigilant quant au traitement humain et équitable des remplaçant.es. N’hésitez pas à nous alerter si vous êtes victimes de dysfonctionnements.

Depuis de nombreuses années, le SNUipp-FSU 81 réclame la création de 20 postes de remplaçant.es sur le département pour faire face aux congés de maladie et 30 postes de remplaçant-es pour reconstituer une brigade de remplacement formation continue. C’est l’augmentation du nombre de remplaçant.es qui évitera les problèmes de non-remplacement !

Hors-classe

Les 7 recours émis depuis la dernière CAPD ont été rapidement présenté par l’administration, qui a considéré que les éléments apportés dans ces recours ne permettaient pas, dans le cadre des quotas imposés, de « déclasser » un.e collègue déjà promu.e pour leur permettre de l’être.

Le SNUipp-FSU a soutenu l’ensemble des 7 recours et non seulement ceux des collègues qui l’ont saisi, estimant que tous les collègues doivent pouvoir atteindre la hors-classe le plus rapidement possible. Nous avons dénoncé ce nouveau système qui pousse encore un peu plus à la compétition entre collègues, qui les pousse à quémander, à se vendre, bref toutes ces valeurs libérales, totalement contraires aux principes du Service Public, auquel nous devons tous rester attachés et que nous devons défendre : égalité d’accès, de traitement ; justice et transparence.

C’est pourquoi nous avons rappelé notre revendication pour tous les enseignant.es d’une carrière parcourue au rythme le plus rapide. Le déroulement de carrière doit être déconnecté de l’évaluation et des fonctions exercées. Le SNUipp-FSU revendique une refonte complète de la grille permettant d’atteindre l’indice 1 000 en fin de carrière.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.