www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Ecole 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
24 août 2018

Rentrée scolaire 18-19 : Ce qui attend l’école !

Quelles sont les nouveautés de cette rentrée qui auront un impact sur la vie des écoles et celle des personnels ? Tour d’horizon des principales nouvelles mesures.

Poursuite du dédoublement des classes de CP en REP et en CE1 en REP+.

Insuffisamment budgétée, cette mesure entraîne des suppressions de postes de PDM, et des suppressions de postes ou des non ouvertures notamment en maternelle et dans le rural. Elle a eu pour conséquence d’augmenter les effectifs dans un certain nombre de classes. Le manque de locaux entraîne la suppression de salles d’informatique, de bibliothèque, de salles des maîtres... et contraint les enseignants à des organisations pédagogiques par défaut.

Si l’éducation prioritaire a toujours été un laboratoire d’idées, les projets d’école, la gestion de l’hétérogénéité, la mise en place de nouvelles pédagogies... doivent rester à l’initiative des équipes enseignantes. Elles ne doivent pas faire l’objet de prescriptions ou d’injonctions de la part de l’administration, la liberté pédagogique étant inscrite dans le code de l’éducation.

Notes au BO / Guide CP

Quatre notes très prescriptives sont parues au BO en avril 2018 sur l’enseignement de la lecture, la grammaire et le vocabulaire, le calcul et la résolution de problèmes.

Une conception étapiste et mécaniste des apprentissages entrant parfois en contradiction avec les programmes 2015.

Le « petit livre orange » supposé servir de référence à l’enseignement de la lecture au CP s’inscrit dans cette même logique. En promouvant une méthode syllabique stricte ou en prônant le recours indispensable à un manuel, il ignore ce qui fait consensus aujourd’hui dans la recherche et ne répond pas à l’enjeu concernant la compréhension, difficulté pointée par les évaluations internationales.

L’apport des neurosciences est instrumentalisé pour servir une politique éducative à grands renforts de communication, appuyée sur une partie de l’opinion conservatrice et destinée à imposer des orientations en trompe l’oeil car elles ne répondent pas aux enjeux de la réussite de tous (formation, effectifs, de classe, gestes professionnels, moyens en enseignants spécialisés, aides en direction des élèves à besoins spécifiques…). Les circulaires ne permettent pas de faire évoluer les pratiques et les conditions d’exercice et nient l’expertise pédagogique des enseignants.

Le SNUipp-FSU appelle les enseignants-concepteurs à continuer à inscrire leurs pratiques dans le cadre de la loi, en usant de leur liberté pédagogique pour mettre en œuvre les programmes afin d’adapter les apprentissages aux besoins des élèves.

Redoublement

Un décret, rejeté par le CSE en décembre 2017, mais paru au BO en février 2018 assouplit le cadre du redoublement.

Il conserve un caractère exceptionnel mais il n’est plus restreint à la seule situation qui permettait de «  pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires », il s’applique plus généralement en cas de « difficultés importantes d’apprentissage  », à l’échelle de l’année scolaire.

Le redoublement peut donc être prononcé en cours de cycle, ce qui constitue une rupture historique avec la politique des cycles. En l’absence de mesures préventives d’ampleur (baisse des effectifs, scolarisation précoce, formation initiale et continue à la gestion de l’hétérogénéité, reconstruction des RASED, généralisation du « plus de maîtres que de classes », dispositifs d’aide dans la classe sur temps scolaire), cet assouplissement n’apporte aucune réponse durable à la problématique de la grande difficulté scolaire.

Ajustements des programmes

Des ajustements des programmes 2015 entrent en vigueur à la rentrée 2018. Le 12 juillet 2018 une large majorité du Conseil Supérieur de l’Éducation a décidé de quitter la salle dénonçant la méthode qui consiste à modifier des programmes pendant les vacances scolaires, tout autant que les contenus qui sonnent le retour des programmes de 2008 rejetés par la communauté éducative et sanctionnés par les dernières évaluations. Consacrés aux fondamentaux «  lire, écrire, compter, respecter autrui », ces ajustements remettent en cause l’esprit des programmes de 2016. L’Éducation Morale et Civique en fait particulièrement les frais : les compétences ne sont plus acquises à travers l’expérience de situations vécues par les élèves mais dispensées par un enseignement magistral directif.

Une autre logique s’impose délaissant une démarche pédagogique intégratrice où les compétences sont mises en cohérence dans un projet porteur de sens, au profit d’enseignements segmentés fondés sur l’entraînement de procédures à automatiser.

Des repères annuels produits par la DGESCO sont à venir remettant en cause la progressivité des apprentissages au sein des cycles.

Évaluations

Trois évaluations standardisées sont prévues : à l’entrée du CP et du CE1 (fin septembre et début octobre) et mi CP (février/mars 2019).

Uniquement consacrées au français et aux mathématiques, ces évaluations dessaisissent les enseignants du travail d’élaboration d’outils au service de la conception d’enseignements adaptés à leurs élèves et au contexte de leur classe.

Une procédure chronophage : les réponses de chaque élève seront saisies en ligne. Leur interprétation se fera de manière automatisée par un logiciel dédié dépossédant les équipes du travail d’analyse. Un kit de communication est destiné aux directions d’école pour présenter le dispositif aux familles.

Un dispositif qui entretient la confusion sur les objectifs des évaluations (pilotage du système ou aide aux apprentissages ?) et comporte le risque d’une mise en concurrence des écoles. Cela peut engendrer un bachotage préjudiciable aux élèves, comme cela a pu être observé dans les pays anglo saxons.

Animations pédagogiques

Les 18 heures d’animations pédagogiques consacrées exclusivement au français et aux mathématiques, dans un contexte de repli généralisé de la formation continue.

Au cycle 2, l’accent est particulièrement mis sur la lecture (code, fluidité, compréhension) tandis que l’effort porte sur l’étude de la langue (grammaire, orthographe, vocabulaire) en cycle 3.

Les préconisations pour la maternelle, supposées s’inscrire dans la continuité des Assises de mars 2018, sont plus floues. D’autant que les enseignants de maternelle pourront être conviés aux formations à destination du CP.

Le SNUipp-FSU dénonce la réduction du champ des animations pédagogiques qui doivent continuer à répondre aux besoins des équipes pédagogiques et proposer des animations ambitieuses dans tous les domaines pour permettre aux élèves d’acquérir des compétences diverses.

Et ce que nous voulons voir changer :

Le niveau des salaires des enseignants des écoles parmi les plus bas, les taux d’encadrement et les temps d’enseignement parmi les plus élevés en Europe, l’absence de formation continue malgré de nombreuses annonces, le renforcement des dispositifs et structures adaptés (RASED, SEGPA, classes relais) et spécialisés.

 

12 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.