www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : AVS EVS 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
6 juillet 2018

AVS et enseignant.es rassemblées devant la DSDEN pour dénoncer la précarité des AVS !

A l’appel de la FSU 81, les AVS soutenu.e.s par des enseignant.e.s et des psychologues, se sont réuni.e.s devant la DSDEN du Tarn le mercredi 4 juillet à 14h30, afin de dénoncer leur précarité ainsi que leurs conditions de travail qui ne cessent de se détériorer.
PDF - 36.5 ko
Discours rassemblement

Ils/elles se battent pour construire leur métier au niveau national :

  • pour la titularisation des AVS dans le cadre statutaire de la fonction publique d’état : pour la création d’un véritable métier avec un statut de fonctionnaire et un salaire revalorisé.
  • pour des conditions de travail décentes : affectations proche du domicile, suivi difficile en binôme, formation adaptée, ...
  • la pondération des heures pour prendre en compte les « heures invisibles » : (concertation, préparation d’ESS, mise en place d’outils, …), et la pénibilité : ils veulent 1h=1h30.

Au niveau départemental les AVS sont encore plus mal loties et dénoncent :

  • les contrats et le travail en extra-scolaire illégaux,
  • la gestion administrative abusive et hors la loi (malveillance, menaces de non-renouvellement de contrats, pression…),
  • les renouvellements des temps pleins passés à temps partiels (1200euros à 900euros).

De plus, dans une circulaire envoyée aux chefs d’établissement récemment, il est noté l’aberration du recrutement de services civiques pour l’inclusion des élèves en situation de handicap pour 30h payées 580euros : des conditions encore plus précaires que pour les AVS.

Cette situation est insoutenable. Les dénonciations et revendications relevées par les AVS et la FSU n’ont à aucun moment été entendues par l’administration qui a toujours riposté de manière inappropriée. Elle a accentué la pression et imposé des « propositions » scandaleuses : garder le 100 % (1200euros) en écrivant que l’on accepte le travail extra-scolaire ou tomber à 75 % (900euros). D’autres en CDD n’ont même pas eu de choix, enfin si : être rétrogradés à 900euros ou aller à pôle emploi.

JPEG - 96.8 ko

Pourtant, d’autres solutions existent pour éviter cette précarité :

  • le travail sur le temps périscolaire (cantine, accueil du matin, activité après l’école et le mercredi après-midi)
  • la prise en compte des « heures invisibles » (préparations d’ESS, mise en place d’outils, réunions, échanges avec les parents, les enseignants et les services de soins, …) ;
  • l’affectation sur des collèges comme le préconise la circulaire du 8 juillet 2014qui indique "qu’un service réparti sur plusieurs établissements peut permettre de proposer d’avantage d’emplois à temps complets et optimise les moyens affectés à la scolarisation des élèves en situation de handicap".

La presse en parle :

La dépêche du midi 05/07/2018

 

29 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.