www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actions-luttes 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
24 novembre 2017

Rattrapage de la journée de solidarité : ne travaillons-nous déjà pas assez ?

Le SNUipp-FSU 81, avec l’intersyndicale, a adressé un courrier à la DASEN pour lui demander de ne pas nous faire rattraper la journée de solidarité (comme c’est le cas dans d’autres départements de notre académie) Nous considérons que, comme à la fin de chaque année scolaire, nous aurons travaillé, dans le cadre de nos obligations de service, plus de 108 heures et, de fait, effectué la journée de solidarité. Le 12/12/2017, toujours pas de réponse...

Dernièrement, la DASEN a envoyé une lettre imposant à tous les enseignants de récupérer la journée du lundi de la pentecôte, journée de solidarité en faveur des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées.

Cette journée de travail non payé (loi 2004-626 du 30 juin 2004) a été instaurée à la suite de l’incurie gouvernementale qui a provoqué un désastre sanitaire lors de la canicule de 2003, mettant en évidence les carences du système de santé et en matière de prise en charge des personnes âgées dépendantes (15 000 morts selon l’INED, 19 500 selon l’INSERM).

  • Le salaire du travail effectué ce jour est prétendu être totalement reversé dans une caisse spéciale dédiée aux structures prenant en charge les personnes âgées dépendantes, d’où l’appellation mensongère de : « journée de solidarité ».

En effet, une journée de travail équivaut à 0,43 % du salaire annuel, mais la part censée être versée par l’employeur n’est que de 0,30 %.

Pour ce qui concerne l’État-employeur, il ne verse en réalité pas un centime dans cette caisse, car il s’agit d’un simple jeu d’écriture comptable, donc fictif. Il est intéressant de s’interroger sur la nécessité de nous faire travailler ces deux demi-journées ....

Le SNUipp-FSU lutte pour faire reconnaitre le travail invisible qui pèse sur les journées enseignantes.

Le Ministère a pourtant reconnu que les enseignants étaient pleinement investis dans leurs missions et qu’en plus du temps d’enseignement, ils sont déjà contraints de consacrer une part de leur temps personnel pour assumer toutes ces tâches.

Ce temps dépasse largement les deux demi-journées imposées. Nous considérons donc que nous avons déjà accompli ce travail !

Où est donc la bienveillance affichée par notre DASEN quand on sait que certains DASEN de notre académie n’ont tout simplement pas imposé de récupérer cette journée, considérant sans doute que les enseignants de leur département faisaient déjà ces heures....

L’intersyndicale a donc demandé à la DASEN de faire preuve de "bienveillance" en ne nous faisant pas récupérer cette journée dite de solidarité.

PDF - 80.8 ko
Courrier de l’Intersyndicale adressé à la DASEN

Nous informerons la profession en publiant en ligne sa réponse.

Par ailleurs, la DASEN nous impose de rattraper cette journée dite de solidarité à des dates imposées, avec des sujets imposés eux-aussi ! C’est illégal : ce n’est absolument pas prévu ; ni dans la note de service, ni dans la loi.

L’intersyndicale a donc rappelé la loi dans son courrier à la DASEN

Pour le SNUipp-FSU 81, c’est avant tout l’annulation du rattrapage de cette journée dite de solidarité qu’il faut obtenir !

 

48 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.