www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actions-luttes 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
17 avril 2016

Retrait de salaire ILLEGAL !

La DASEN du Tarn, sur demande de l’IEN de Castres a récemment procédé a des retraits de salaires pour des absences à des animations pédagogiques alors que les enseignant-es concerné-es n’avaient pas reçu d’ordre de mission. C’est ILLEGAL !
  • La circulaire n° 2015-228 du 13-1-2016, rappelle que : « tout déplacement effectué pour les besoins du service, quel que soit son objet, doit donner lieu à un ordre de mission validé dans l’application dématérialisée dont relève le déplacement. Une invitation ou une convocation, quelle que soit sa forme (lettre, courriel, téléphone), ne dispense pas de cette validation, accomplie selon cette procédure dématérialisée » 
  • Un tel ordre de mission n’a pas été délivré aux enseignant-es sanctionné-es, la mesure prise par la DASEN est donc abusive dans la mesure où la présence de ces enseignant-es ne pouvait pas être requise en l’absence d’un tel document. Nous en avions pourtant informé la DASEN dès le 7 mars 2016.

Sans ordre de mission pas de frais de déplacement et en plus vous ne seriez pas couvert !!

CONSIGNE SYNDICALE :

Pas d’ordre de mission : pas d’animation on reste dans son école sur le temps d’animation concerné. Si vous manquez une animation pédagogique, ne remplissez pas de demande d’autorisation d’absence !

  • Ces brimades illustrent un rapport entre les enseignant-es et la hiérarchie, archaïque et improductif. Impropre à construire une relation de confiance, il infantilise et humilie les enseignant-es alors que ceux-ci font face avec conscience professionnelle à des conditions de travail de plus en plus dégradées.

Elles illustrent un mépris arrogant envers notre travail quotidien :

  • En effet, les animations ont lieu le soir après que la journée en classe a été assurée ; supprimer une journée totale de salaire en raison du trentième indivisible est une négation pure et simple du travail de l’agent. Ne pas permettre à l’enseignant-e de pouvoir récupérer ce temps d’animation pédagogique en participant à une autre animation pédagogique, est en défaveur de la « formation » de l’agent, donc du service. Les animations pédagogiques ne servent-elles à rien ?
  • La hiérarchie a invoqué le manque de respect ! Mais que devrions nous dire alors des animations pédagogiques proposées sans date connue, annulées, remises à des dates encore inconnues, parfois sans que les enseignant-es inscrit-es soient informé-es ? Quand La Directrice Académique parle de « procédure adopté dans la circonscription » elle ne sait sûrement pas qu’elle est la seule avec l’IEN à en avoir connaissance ; n’est-ce pas irrespectueux pour les personnels d’élaborer ainsi des procédures de rétorsion à l’égard des personnels sans même qu’ils en soient informés ?
  • Nous nous demandons même si une véritable manœuvre, destinée à frapper le plus durement possible les enseignant-es, n’a pas été mise en route par notre hiérarchie.
  • En effet, pourquoi l’IEN demande-t-il une autorisation d’absence illégale (puisque qu’il n’y avait pas d’ordre de mission) si ce n’est pour justifier d’un temps de service non fait et pouvoir ensuite ponctionner une journée de salaire ?
  • Pourquoi la DASEN, alors qu’elle a pleine connaissance du dossier et de son irrégularité (notre courrier du 7 mars lui posait explicitement la question), pourquoi choisit-elle d’attendre la fin des délais de recours pour nous répondre, si ce n’est par volonté d’être sûr de pouvoir retirer une journée de salaire sans être attaquable au Tribunal Administratif ?
  • Ce genre brimade, disproportionnée, incompréhensible, crée un climat délétère, impropre à l’exercice serein de notre profession et qui ne peut que nous laisser imaginer les plus mauvaises intentions.
  • Pour illustrer l’iniquité d’un tel traitement, cette brimade a frappé, entre autre, une collègue consciencieuse qui fait son travail avec application, qui n’a jamais manqué aucune animation pédagogique et qui n’a eu aucune absence depuis 2009 ! Une collègue qui comme de très nombreux enseignant-es a déjà largement dépassé les 108 heures que la hiérarchie brandit ostensiblement.

Le droit à l’erreur, ça n’existe pas ? Même pour les IEN ? Même pour les DASEN ?

  A l’heure où le législateur demande aux enseignant-es d’accueillir les élèves au sein d’une école bienveillante, force est de constater que nous sommes soumis à des traitements qui sont loin de l’être. Les IEN et la hiérarchie ne devraient-ils pas être les premiers à mettre en œuvre les directives qu’ils nous demandent d’appliquer ?

Le SNUipp-FSU contacte actuellement les autres organisations syndicales ( FO et SE-UNSA ) pour une action unitaire pour la restitution de ces journées de salaire.

Enfin, deux documents issus du monde de l’entreprise, pour une réflexion sur le management des personnels fondé sur des valeurs humaines étrangères à notre hiérarchie :

RTF - 11.3 ko
La gentillesse outil de management
RTF - 6.7 ko
prospérer par la gentillesse

 

21 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.