www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Commissions Paritaires. 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
29 janvier 2016

CTA : compte-rendu 1er degré

La dotation académique n’est pas à la hauteur d’une école dont l’ambition affichée est de rompre avec les déterminismes sociaux ! Pour le Tarn, elle sera de 2 postes...

Déclaration de la FSU au CTA du 28 janvier 2016

PDF - 26.8 ko
DECLA_FSU_CTA_JANVIER_2016

La rectrice a présenté le projet de dotation académique de 180 postes et a officialisé la ventilation suivante :

  • Ariège : -1
  • Aveyron : -7
  • Haute-Garonne : +190
  • Gers : 0
  • Lot : -6
  • Hautes Pyrénées : 0
  • Tarn : +2
  • Tarn et Garonne : +2

L’administration a énoncé les priorités qui ont dicté les choix : diminution des retards à l’entrée en ème (réduction des écarts territoriaux), ré-équilibrage des écarts de réussite entre les territoires (inter et infra départementaux), prise en compte des départements sous protocole "école rurale" (Ariège, Aveyron, Gers, Lot, Hautes-Pyrénées) et augmentation du nombre de classes afin d’accompagner l’augmentation des effectifs en Haute-Garonne.

Pour la FSU, comme il est précisé dans la déclaration, dans un contexte de hausse démographique, cette dotation ne prend pas en compte la réalité de terrain de notre académie.

La FSU porte une véritable ambition pour l’école et c’est en ce sens qu’elle a chiffré les besoins académiques de postes à 2000.

Dans notre calcul, il ne s’agit pas de rêver, il s’agit de :

  • retrouver des RASED complets (1 pour 1000 élèves)
  • ne pas avoir de classe en REP, de classe unique ou rurale isolée, de RPI à plus de 20 élèves
  • ne pas avoir de classe ordinaire à plus de 25 élèves
  • assurer les nouvelles décharges (2 et 8 classes)
  • assurer la Formation Continue
  • assurer les remplacements.

NON ! Décidément, la dotation académique n’est pas à la hauteur d’une école dont l’ambition affichée est de rompre avec les déterminismes sociaux !

Protocoles "école rurale"

La rectrice qualifie cette démarche de "vertueuse" car elle permet de ne "pas taxer autant les départements qu’on aurait du". L’administration, dans un long satisfecit, annonce qu’il y aura là une "amélioration de la qualité du service public", une "consolidation des réseaux d’école". Cette démarche est à la fois "exigeante" et "transparente".

Pour la FSU, il n’y a pas de quoi se féliciter quand on réduit le nombre d’écoles, que l’on détricote le maillage existant et que l’on fait disparaître le dernier service public présent dans certaines communes de notre académie.

Plus encore, ce que la rectrice présente comme "un bouclier protecteur" contre les suppressions de postes n’aura de pouvoir que durant 2 ans. Passé ce délai, il y a fort à parier que les suppressions reprendront de plus belle, d’autant que ce que met en place ce gouvernement ne sera pas forcément tenu par le prochain.

Mesures concernant les EREA

M. Lecuivre, DASEN du Lot, a présenté le bilan de l’audit réalisé sur les 3 EREA de l’académie (Muret, Villefranche de Rouergue, Muret). Ce bilan laconique (2 pages dont 1 de préconisation) était entièrement orienté vers la préconisation dont tout le monde se doutait déjà : substituer les supports de PE éducateurs d’internat par des AED.

Et là encore, ce sont 2 visions de l’école qui se font face.

Pour l’administration : légère baisse des effectifs en internat, peu de référence explicite au socle commun de connaissances de compétences et de culture, un projet éducatif pas réellement finalisé, peu d’intervention dans le projet individuel de formation…

Pour la FSU : un moyen de lutte contre le décrochage scolaire avec des réussites chiffrées évidentes, des personnels formés qui prennent en charge des élèves fragiles en difficulté scolaire mais aussi en manque de repères socio-affectifs, une stabilité des adultes présents, une équipe qui offre un environnement stable et sécurisant, riche et cohérent.

Peu importe tout cela !

L’administration a tranché :

Villefranche de Rouergue : suppression de 4 postes de PE spécialisés, remplacés par 4 AED

Pamiers : suppression de 5 postes de PE spécialisés, remplacés par 3 AED et un CPE

Muret : suppression de 5 postes de PE spécialisés, remplacés par 2 AED.

Le Sgen-Cfdt, s’appuyant sur le rapport du CHSCTsD 31 sur l’EREA de Muret, a demandé que, le CHSCT A soit saisi par le CTA. Le secrétaire général a refusé.

Face à la gravité des décisions proposées par l’administration sur les EREA, la FSU a lu une déclaration particulière sur le sujet.

PDF - 177.3 ko
declaration_erea_voeu

Par ailleurs, la FSU en lien avec la FNEC-FO a émis un voeu, qu’elle a soumis au CTA.

Un vœu est une phrase courte proposée par une ou des orgas syndicales et soumise au vote du CTA. Le secrétaire général a refusé le vote du voeu au prétexte qu’il ne faisait que reprendre le thème que nous devions voter. Pour nous, il s’agissait d’interpeller le CTministériel et d’obliger les orgas à se positionner. L’administration a refusé de soumettre le voeu au vote mais il sera inscrit au PV.

Le vœu est à la suite de la déclaration.

Vote du CTA sur les mesures

Pour : 0

Contre : FSU - FNEC FO (5 + 1)

Abstention : SE-UNSA (3)

NPPV : Sgen CFDT (1)

Concernant les personnels qui seront touchés par ces mesures, l’administration s’est engagée à les accompagner avec "attention et bienveillante". La FSU s’est réjouie de ces belles paroles mais a rappelé que dans la plupart des situations il s’agissait de collègues non titulaires du poste et que, par ailleurs, il existait des mémentos départementaux du mouvement dont l’administration ne pouvait s’affranchir.

Autres mesures

Malgré les interventions de la FSU, l’administration a pris les décisions suivantes :

  • fermeture de l’ERS de bagnères de Luchon (établissement de réinsertion sociale). Les élèves concernés seront orientés vers un autre dispositif d’accueil que l’administration n’est pas à même de présenter clairement encore.
  • fermeture de la SEGPA de St Béat. Vote : FSU : contre FO : contre UNSA : pour SGEN-CFDT : abstention.

La FSU s’est inquiétée des attaques en règle contre des établissements qui luttent au quotidien contre le décrochage et la grande difficulté scolaires. La rectrice fait des économies sur le dos des plus fragiles de nos élèves et sur celui des plus fragiles de nos familles.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.