www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Début de carrière  / Les IUFM 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
2 novembre 2005

Présentation des IUFM

Identité

Les IUFM ont été créés dans le cadre de la loi d’orientation sur l’éducation de 1989 (Loi n°89-486 du 10/07/1989) avec ouverture des premiers instituts au 01/09/90. Initialement, ce sont des établissements publics d’enseignement supérieur, placés sous la tutelle du Ministère de l’Éducation Nationale, et qui ont le statut d’EPCA (établissement public à caractère administratif), bénéficiant d’une certaine autonomie pour élaborer leurs orientations dans le cadre défini par le MEN.

La loi nouvelle d’orientation de 2005 prévoit l’intégration des IUFM aux Universités. Les modalités n’en n’ont pas encore été fixées, mais doivent l’être dans le futur cahier des charges de la formation, initialement prévu pour mars 2006.

Répartition géographique

On trouve un IUFM par académie. Chaque IUFM a plusieurs implantations géographiques : un siège académique (situé dans une ville ou une agglomération siège d’une université), et des sites, souvent dans les anciennes Ecoles Normales des divers départements de l’académie.

Missions

  • Préparation aux concours de recrutement des enseignants de la fonction publique et des établissements privés sous contrat : CERPE, CAPES, CAPEPS, CAPET, CAPLP, CRCPE 300 000 étudiants préparent les concours, dont seulement 60 000 en 1ère année à l’IUFM. Taux de réussite de l’ordre de 14 % pour les CAPES, et de 20 % pour le CERPE, dont 3/5 ont suivi une préparation en IUFM.
  • Formation professionnelle initiale des fonctionnaires stagiaires admis à ces concours. Environ 30 000 stagiaires suivent une formation à caractère professionnel en 2nde année à l’IUFM, puis sont titularisés. Ils bénéficient du statut de fonctionnaire stagiaire de la fonction publique d’État. Leurs droits et obligations sont fixés par le Décret n° 90-680 du 1er août 1990
  • De la validation des stagiaires à leur titularisation :
Les étapes de validation : Le travail du stagiaire doit en principe suivre une logique formative tout au long de l’année. Le bilan terminal porte sur 3 volets : le stage en responsabilité, les enseignements et la soutenance du mémoire. Pour chacun de ces éléments, l’IUFM désigne un jury (le directeur du mémoire est par exemple membre du jury de la soutenance)
La validation : A l’issu des 3 évaluations, une commission d’évaluation de l’antenne départementale de l’IUFM prépare, d’après les rapports de 3 jurys, un rapport individuel pour chaque stagiaire, précisant si la scolarité a été jugée satisfaisante, et, dans le cas contraire, s’il propose ou non une prolongation de la scolarité.
La certification : L’IUFM transmet au recteur les dossiers des stagiaires, à partir desquels un jury académique indépendant de l’IUFM se prononce. Il établit la liste des PE aptes à se voir délivrer le diplôme. Pour les autres, le jury peut décider une nouvelle inspection du PE stagiaire devant une classe et après une nouvelle délibération, le jury établit la liste définitive des PE proposés à la certification, à une prolongation de stage ou à un licenciement. La décision finale revient au recteur d’académie, représentant de l’État employeur.
La titularisation : L’Inspecteur d’Académie prononce alors la titularisation dès signature du PV d’installation sur le premier poste. Elle prend donc généralement effet le 1er septembre.
  • Formation professionnelle continue des enseignants titulaires :

Le conseil départemental de formation*propose un cahier des charges après l’analyse des besoins sur le terrain et conformément aux orientations ministérielles. L’IUFM, en lien avec les corps d’inspection et les formateurs de terrain (IEN, conseillers pédagogiques...), répond en théorie à la demande par des stages correspondants. Les propositions sont alors totalement ou partiellement avalisées par le recteur (l’employeur) et deviennent le plan académique de formation (le PAF).

Conseil départemental de formation : organisme consultatif présidé par l’Inspecteur d’Académie ; y siègent des membres de droits (le directeur de l’IUFM par exemple), des représentants des PE titulaires et stagiaires (désignation par les organisations syndicales), des formateurs de l’IUFM, des IEN, ...Dans le dispositif d’élaboration du PAF, le Conseil de formation intervient au moment de l’analyse des besoins et de l’élaboration du cahier des charges départementales. Il est également consulté sur l’offre de formation proposée par l’IUFM avant qu’elle ne soit soumise au vote du CA de l’IUFM.

  • Recherche en éducation et innovation pédagogique.

Par la loi d’orientation de 1989, chaque IUFM est rattaché par une convention aux universités de l’académie. La loi de 2005 prévoit une intégration dans l’une d’elles. Les aspects techniques de ce changement statutaire sont complexes, ce qui explique le temps pris pour en régler les dispositifs. Il semble établi que les Universités devront déposer des dossiers de candidature, le choix serait ensuite tranché au niveau ministériel

 

27 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.