www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Carriere  / Mouvement 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
25 mars 2014

Groupe de travail sur la circulaire du mouvement 2014

Ce groupe de travail a eu lieu lundi 24 mars à 9h00 en présence notamment de la DASEN, d’ IEN, des représentants du personnel.

Voici la liste des revendications du SNUipp-FSU et les réponses données par la DASEN.

Les premièrs groupes de travail avec la DASEN ne laissent pas apparaître la volonté de mettre en place un dialogue social constructif. Les réponses apportées aux propositions du SNUipp-FSU pour plus de transparence et plus d’équité dans le mouvement ne sont pas satisfaisante, voire inadmissible pour les délégué-es du SNUipp-FSU. Nouis n’en resterons pas là et continuerons de nous battre pour faire avancer nos propositions.

1- Postes à profil :

Nous rappelons notre opposition aux postes à profil (sur CV et lettre de motivation), notamment pour les postes de direction de plus de 9 classes maternelles et 10 classes élémentaires et les postes de direction de moins de 9 classes suite à regroupement d’écoles. Ces postes échappent au barème, les candidats sont recrutés en fonction de « la manière de servir ». De plus, l’académie de Toulouse est la seule académie à profiler les postes de direction.

Nous maintenons que le barème doit être la priorité, garant de l’équité et de la transparence des nominations, que tout entretien est forcément subjectif et ne garantit pas l’égalité des personnels, la « manière de servir » n’est pas un critère objectif et ouvre la porte à tous les passe-droits.

Par ailleurs, le SNUipp-FSU a bataillé contre le profilage des postes « plus de maîtres que de classe » et « accueil des moins de 3ans ».

L’administration en profilant les postes « plus de maîtres que de classe (PDMQDC) » prive les équipes qui voulaient s’investir dans ces projets, de souplesse et d’autonomie. En effet un-e collègue, membre de l’équipe, qui souhaiterait prendre ce poste est obligé de postuler sur ce poste, perdant ainsi son poste d’origine avec tous les risques que cela comporte (fermeture des PDMQDC). De plus, ce profilage, entre en contradiction avec l’idée d’échange de service, de co-intervention, de travail collectif.

De même pour les postes « accueil des -3ans », il existe dans le département des classes qui accueillent déjà des tout petits, et depuis des années, sans avoir jamais eu besoin de profiler ces postes !

De plus, les circulaires sur ces thèmes insistent sur l’importance du travail en équipe et les échanges de service. Dans de nombreux départements ces postes ne sont pas profilés. Pour le SNUipp-FSU, le profilage des postes instaure petit à petit un mode de fonctionnement calqué sur le monde de l’entreprise plus propice à la rivalité et la concurrence qu’à la coopération. En tout cas, inutile au bon fonctionnement de l’école !

Réponse DASEN :

Postes moins de 3 ans La DASEN a reconnu que le profilage sur les postes « accueil des moins de trois ans » était peut-être discutable et qu’il y aurait plus de souplesse sur ces postes, quant au profilage. Mais que veut-elle dire par plus de souplesse,Le SNUipp-FSU demande tout simplement la suppression du profilage.

Postes maître surnuméraires Par contre pour les postes « plus de maîtres que de classe », elle considère que pour travailler avec des élèves en difficulté, pour travailler en binôme cela demande des compétences particulières qu’on ne peut pas y mettre n’importe quel enseignant. Mais quels sont les critères précis pour choisir ces personnels lors des entretiens, serait-elle en mesure de rédiger des fiches de poste avec des compétences précises ? Pour le SNUipp-FSU aucun entretien ne peut garantir la réalité de ces compétences, et tous les enseignant-es qui demandent ces postes sont capable d’exercer ces missions.

Postes direction Enfin pour les postes de direction, alors que nous sommes la seule académie en France où ces postes sont profilés rectoralement, elle considère aussi qu’il faut des compétences particulières. Mais à nouveau quels sont les critères précis pour choisir ces personnels lors des entretiens, serait-elle en mesure de rédiger des fiches de poste avec des compétences précises. La loyauté envers sa hiérarchie souvent invoquée illustre bien la logique de ce recrutement profilé : tenter de créer un échelon hiérarchique, un-e directeur-trice de plus en plus relai des injonctions de l’administration !

2- Vœux spécifique 3ème mouvement :

Nous renouvelons notre demande de vœux spécifique au 2ème mouvement. Lorsque le nombre de personnels à nommer en 2nde phase est supérieur au nombre de postes vacants, ce sont les plus petits barèmes qui seront affectés à la 3ème phase (en septembre). Certains postes de 3ème phase sont souvent plus intéressants que les derniers postes pourvus en 2nd phase.

Les personnels participant à la 2nde phase du mouvement doivent lister tous les postes. Aussi, pour permettre aux collègues qui le souhaitent de participer à la 3ème phase, nous proposons d’introduire un vœu supplémentaire : « participation à la 3ème phase » qui peut être positionné à tout niveau dans la liste de vœux. Ce vœu permet de choisir d’attendre septembre en espérant avoir un poste plus satisfaisant. Ce choix existe dans d’autres départements, comme l’Ariège par exemple.

Réponse DASEN :

La DASEN trouve que ce n’est pas digne d’un fonctionnaire que de refuser de choisir parmi une liste de postes proposés en espérant un meilleur poste. Elle n’est pas du tout en faveur de ce choix alors que son prédécesseur nous avait promis un groupe de travail sur ce thème pour la rentrée 2014. Cette réponse est inadmissible et insultante envers les personnels. En effet, ce voeux 3ème mouvement n’est qu’une simple mesure technique permettant des affectations plus justes. Le SNUipp-FSU oeuvre pour que les affectations des enseignant-es restent cohérentes et échappent à l’arbitraire. Le SNUipp-FSU 81 n’en restera pas là et reviendra systématiquement sur ces propositions pour un mouvement plus transparent et équitable..

3- Poste d’animation éducative :

Le SNUipp-FSU reste opposé au principe des postes d’animation éducative. Ils n’existent que dans le Tarn. Le SNUipp-FSU s’oppose au principe de la nomination d’un fonctionnaire d’Etat conditionnée par la signature d’une charte avec une association de droit privé et à l’accomplissement d’un travail bénévole.

Afin de ne pas pénaliser les associations qui ont, grâce à ce système un vivier de militant-es assuré, nous demandons que l’engagement militant soit favorisé par une bonification au barème quelque soit le poste. Ainsi, tous-tes les enseignant-es militant-es dans des associations périscolaires pourraient bénéficier d’une bonification de leur barème quelque soit leur lieu d’exercice, sans qu’aucune obligation soit rattachée à un poste précis, ce qui donnerait de la souplesse au mouvement qui est de plus en plus bloqué par le peu de poste disponible et par la multiplication des postes à profil.

Réponse DASEN :

La DASEN pense que cette spécificité tarnaise permet de cadrer ces postes grâce à la charte signée avec les associations, elle considère que c’est la meilleure façon de travailler. Sur les 15 postes à œuvres, 2 étaient vacants à l’issue du mouvement 2013 : Labastide-Rouairoux et Labruguière. Nous ne savons pas si ces postes seront reproposés tels quel ou s’ils seront repositionnés ailleurs. Par ailleurs, 2 collègues occupant des postes d’animation éducative ont fait part de leur volonté d’en partir (Parisot et Cagnac-les-Mines).

4– Barème :

Rapprochement de conjoint :

Nous demandons la prise en compte de l’éloignement du domicile dans le barème par l’ajout d’une bonification en fonction de la distance, du nombre d’années d’éloignement et de la présence d’enfants, comme cela se fait pour les mutations interdépartementales ou interacadémiques.

Réponse DASEN :

La DASEN considère que ce n’est pas nécessaire à l’échelle du département de mettre en place cette bonification qui serait de plus trop compliquée d’un point de vue technique pour les services de la DSDEN.

5– Temps partiels :

Les quotités des temps partiels, en raison de la réforme des rythmes scolaires, ne sont pas toutes les mêmes (78,1%, 52%...), cela pose un problème avec les prestations familiales de la CAF. Par exemple, pour les personnels en congé parental qui perçoivent une aide de la CAF, cela peut entraîner une perte financière conséquente s’ils travaillent à 51% au lieu de 50%.

Réponse DASEN :

La DASEN a dit qu’elle étudierait cela de près afin que les personnels ne soient pas lésés par ces quotités tronquées à cause de la réforme des rythmes.

De plus, elle a précisé que les demandes de temps partiels à 80% (répartition annuelle) seraient étudiées au cas par cas.

6– Postes fléchés Occitan : différence de traitement entre habilitation et titulaire du concours spécifique :

La circulaire du mouvement stipule que les titulaires du concours sont prioritaires sur les personnels habilités. Nous ne trouvons pas cela juste pour les personnels qui enseignent l’occitan depuis de nombreuses années de ne pas avoir un poste que demanderait un débutant avec un faible barème mais titulaire du concours d’enseignement d’une langue régionale.

Réponse DASEN :

La DASEN a entendu cet argument et va nous envoyer une proposition à ce sujet pour éviter cette injustice. Il s’agirait de la mise en place d’une validation des acquis de l’expérience qui aurait la même valeur que le concours au regard du mouvement.

 

34 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.