www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Tarn 81

Vous êtes actuellement : Ecole 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {}
8 septembre 2012

Argent public pour l’école publique !

La vraie morale laïque aujourd’hui c’est que les créations de postes soient pour l’école publique.
  • Voilà que les suppressions de postes dans l’éducation nationale sont terminés. Voilà même l’annonce de la recréation de 60 000 postes en 5 ans sur les 80 000 supprimés. C’est une bonne nouvelle pour le Service Public d’éducation, même si nous n’acceptons pas que cela puisse se faire aux dépens des autres Services Publics.
  • Mais les premières annonces concernant les postes mis au concours en 2013 nous inquiètent profondément.

- En effet, alors même que le Service Public Laïque d’éducation a subi 97 % des suppressions de postes par les gouvernements Sarkozy ces 5 dernières années, l’enseignement privé n’a rendu que 2500 postes en 5 ans. Le gouvernement annonce aujourd’hui que 2100 postes sur les 22100 seraient mis au concours dès 2013 dans l’enseignement privé, soit la quasi totalité des postes supprimés.

  • La seule morale laïque qui vaille en terme de création d’emploi, c’est que les 60 000 soient réservés à l’enseignement public. Surtout quand Eric Delabarre, secrétaire national de l’enseignement catholique a déclaré en janvier 2012 dans la Croix : « Aborder la question de l’école par le biais des moyens ne me semble pas pertinent. La situation budgétaire est telle qu’il me semble impossible de rétablir ces 60 000 postes. Je pense même qu’on peut probablement continuer à en supprimer sans que la qualité de l’offre de formation s’en ressente. ... ». Surtout quand la situation de l’école publique est aussi alarmante et la réalité des écoles aussi dégradée.

Exigeons que les créations d’emploi soient réservées à l’enseignement public.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp du Tarn 201 rue Jarlard, 81000 Albi

tél : 05 63 38 44 34 @ : snu81@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Tarn 81, tous droits réservés.